Y aura-t-il de la neige à Noël ?

Publié le 17 Décembre 2006





Chapelle du Bout du Pont, Villeneuve Sur Lot



C'est bientôt Noël. Difficile d'échapper à cette évidence, se disait-elle, en se faufilant sur sa bicyclette entre les chalands frigorifiés du Marché de Noël.

 Pour la énième fois en quinze jours, elle écrasa son nez sur la vitrine du magasin de lingerie de luxe qui fait l'angle de la rue de Penne. Non, ce n'était vraiment pas raisonnable et encore moins dans ses moyens. La délicieuse débauche de chemises en soie et laine et de dessous soyeux lui fit un moment oublier le vent aigrelet qui venait de se lever. Son cœur se serra. A regret, elle remonta sur son vélo et enfila la rue principale. Un sentiment étrange, mélange de colère et de frustration, la faisait appuyer encore plus fort sur les pédales. Sur le Pont Vieux, elle n'eut pas un regard pour la Chapelle du Bout du Pont qui frissonnait dans la grisaille.

Le thermomètre de la terrasse affichait quatre degrés. Sa colère ne l'avait pas lâchée et elle s'en sentit vaguement honteuse. Elle posa la bicyclette contre la table de jardin et pénétra dans la maison. Une vague tiède lui caressa le visage. Le vieux chat de gouttière s'agita sur son coussin. Tout était calme sauf elle….

Il y a presque trois mois que Marie-Paule, contractuelle de l'Education Nationale, a perdu sa compagne. Elle assume désormais seule les charges locatives de la maison qu'elles a partagée pendant dix ans. Au regard de la loi, les gens du même sexe qui s'aiment n'ont aucun droit. Elle a fait le choix de garder cette maison qui a abrité leur bonheur et celui de limiter ses dépenses de chauffage au maximum. Dehors il fait quatre degrés, dedans à peine quinze.

…. Cette colère, elle n'en avait pas le droit ; son frigo était plein de bonnes choses et elle avait bien chaud. Bien sûr, elle aurait aimé changer la vieille baignoire de la salle de bain et refaire le carrelage. Bien sûr, il y avait aussi cet appareil photo dont elle rêvait depuis si longtemps et puis le voyage à New York, sans cesse remis à plus tard, et aussi les chemises en soie et laine de la boutique de lingerie de la rue de Penne….

Pascale, une toute jeune-femme, ouvre ses volets sur le matin sale. La semaine dernière, son ex-compagnon l'a rouée de coups. Les policiers qui ont reçu sa plainte, lui ont fait remarquer que si elle ne lui avait pas ouvert sa porte, ça ne serait pas arrivé. C'est vrai, ça tombe sous le sens. Elle a six-cent cinquante euros par mois pour vivre, un enfant à charge, pas de pension alimentaire. Elle a fait le choix de les nourrir correctement elle et son petit garçon. Maman lui a offert un joli petit sapin de Noël et des décorations et son grand frère, ce joli pantalon hors de prix pour elle. L'amour des siens, ça tient chaud au cœur. Dehors, il fait quatre degrés, dedans à peine quinze.

Elle remplit à moitié son verre de Gaillac nouveau. Elle trinqua à sa solitude et avala rapidement son repas. On ne traîne pas à table quand on est seule....

Driss a eu dix-huit ans en mars. Il vit en France depuis six ans avec son père, en situation légale depuis 1972. Driss est scolarisé, c'est un très bon élève. Driss n'a pas de papier. Au lycée on a fait tout ce qu'on pouvait pour régulariser sa situation, en vain. Hier, il a reçu une lettre avec accusé de réception l'enjoignant de quitter la France sous huit jours. Dommage, il avait fait le choix de rester. Dehors, il fait quatre degrés, pas dit qu'il fasse meilleur dedans au Maroc.

…. Ce n'était peut-être pas tant les chemises en soie et laine qui l'avaient mise en colère, elle n'est pas du genre futile, c'était plutôt l'injustice de toutes ces choses qu'elle ne maîtrisait pas. Elle repensa à ceux qui font le choix de ne pas faire de choix et à ceux qui n'avaient pas le choix. Elle hésita à monter un peu le thermostat du chauffage.

Une question lancinante s'imposa à elle : "Y' aurait-il de la neige à Noël ?". Elle espéra très fort que non.

 
 
 


Rédigé par khassiopee

Publié dans #Les Contes de la Luciole (écrits divers)

Repost 0
Commenter cet article

Béatrice 21/12/2006 19:18

Tu restes une reine de la nouvelles. J'ai noté, bien sûr que toutes ces situations que tu évoques sont plus ou moins réelles. Pour autant, ta capacité à faire vivre les individus en quelques traits de plume m'époustoufle. Je pense que ça a à voir avec ta capacité de les faire vivre en quelques clics de photos...Tu rends les gens vivants.

Nato (Kromatic) 20/12/2006 19:32

On va finir par être l'un des rares pays d'Europe où le mariage homo n'est pas encore légal. C'est navrant. Franchement qui ça gêne ?
Il semble que les combats soient toujours là, Driss, Pascal...
De la neige à Noel p'être, de la neige dans mon coeur sûrement.

Mel 19/12/2006 20:52

un texte manifique qui fais réfléchir......surtout!!!
une très bonne soirée

Christian de nissa 18/12/2006 22:16

Il y a un engagement, il y a un choix ...Savoir écrire, savoir  raconter, c'est émouvoir, ...D'autres ont ce don d'écriture, s'ils ont fait un autre choix, ils ne raconteront pas ces choses.Et il y a malheureusement beaucoup d'autres trop indifférents, qui ne veulent pas voir, parce que ça dérange.Merci Khassiopée de nous faire penser à eux.

Morena 18/12/2006 15:44

Un texte magnifique qui prend aux tripes.

khassiopee 18/12/2006 22:04

Gracias guapa

Len Janak 18/12/2006 09:06

Je te sens révoltée et triste à la fois en lisant cette merveilleuse histoire.J\\\'ai eu la chair de poule en la lisant.Triste monde que le notre, mais il y a aussi des moments de joie et de bonheur comme ceux que tu vas vivre avec ta famille durant les jours qui vont venir.

khassiopee 18/12/2006 22:01

C'est vrai len, je sais que j'ai de la chance mais, n'est-ce pas un droit que d'avoir chaud et d'être rassasié ?

Cajou 17/12/2006 21:03

Excellent Khass ! j'en frissonne encore ... et si tout le monde pouvait lire ça avant de donner des leçons, d'affimer haut etfort ce que soi-disant tout le monde pense tout bas !

khassiopee 18/12/2006 22:00

Tu crois qu'il va neiger à Noël Cajou ?

Maja 17/12/2006 21:03

Moi aussi j'ai ressentit une vague tristesse émanée de ce texte, la période des fêtes en est certes une de bonheur et de partage, mais on oublit tous ceux pour qui elle n'est rien d'autre qu'un passsage douloureux vers une autre année qu'il espère meilleure. Et les vitrines sont toujours là pour nous rappeller qu'on doit acheter ce qu'on a pas vraiment besoin, elles sont là pour nous donner des envies soudaines, pour nous faire rêver... Mais bon, il y a des rêves qui sont en fait des cauchemars... dans mon cas, j'espère qu'il va neiger, Montréal est si triste sans neige, elle comme nue, et ce n'est pas vraiment jolie à voir... Gros becs pour toi ma luciole. Ton texte est magnifique et touchant. Ta plume est l'une des plus belles qui soit. Maja.

khassiopee 18/12/2006 21:59

Maja, tu es adorable et tu me fais rougir !C'est vrai que c'est joli la neige mais.... c'est froid !

Jola 17/12/2006 20:45

Bonsoir,un très joli texte, plein d'émotion,  qui pousse à réfléchir à la condition de l'homme d'aujourd'hui. Merci

khassiopee 18/12/2006 21:58

Cette condition, est-elle si différente d'hier ? Merci de ta visite

yzandrine 17/12/2006 17:33

Une grosse boule est venue s'installer dans ma gorge au fil de ma lecture, de ton écriture... belle écriture, pour des histoires si tristes et si injustes. Le monde est ainsi fait, et nous le savons tous, pour autant même si nous ne pouvons faire grand'chose, nous ne pouvons rester indifférents, ça ne glisse pas sur moi, ça ne glisse pas sur toi. Tendresse. Ysa

khassiopee 18/12/2006 21:58

Je ne sais pas si je fais avancer les choses, peut-être devrions-nous agir... si ça ne dépendait que de moi !

koulou (flégroll) 17/12/2006 17:07

j'ai pensé au film du même nom en voyant ce titre ... Fim qui a des airs de mon enfance ...  .... très belle photo !

khassiopee 18/12/2006 21:56

Figure-toi que je n'ai jamais vu ce film mais je sais qu'il évoque le thème dont je parle aujourd'hui.